Livres‎ > ‎

Biographie La Gombe

Depuis la vente de la collection Gérard Gombert dit La Gombe, mon copain un peu fou et décalé dans le monde des sports mécaniques est revenu sur le devant de la scène. Un départ digne de ses « déconnades » lors de soirées bien arrosées !

Je ne me suis pas rendu à la vente aux enchères car c’était trop difficile pour moi. Le décès était trop récent puis j’avais peur de me sentir mal à l’aise au milieu de personnes qui auraient forcément parlé de l’homme mais sans, peut-être, l’avoir vraiment connu tel que moi je l’ai connu. J’avais également peur qu’il y ait un coté festif bien loin de mon deuil. Puis je me suis rendu sur place le lendemain de la vente. Stéphane Pavot de la maison Osenat avait réussi à me convaincre . Je m’étais juré de ne pas publier cette vidéo du terrain de La Gombe avant son décès afin qu’il ne soit pas importuné. Et Stéphane a été touché de pouvoir découvrir cet homme à l’image devant ma caméra alors qu’il le découvrait à travers sa collection.

Plus tard, j’ai reçu de nombreux témoignages de personnes qui auraient tellement aimé connaître l’homme derrière la collection. L’aspect humain reprenait le dessus sur les aspects matérialiste et spéculatif. Ainsi est né le projet de réaliser une biographie de Gérard Gombert. Je suis en contact avec tous les héritiers de Gérard et je connaissais déjà des amis à lui que j’avais eu l’occasion de croiser à l’Hacienda (sa villa-garage). Le lendemain de la vente aux enchères est aussi le jour de ma rencontre avec Benoit Boulanger, une rencontre capitale et décisive.  Gérard m’avait parlé de ce jeune homme qui l’aidait dans ses différentes taches qui lui demandaient un coup de main. J’ai déjà eu l’occasion d’aider Gérard mais j’habitais à plus d’une heure de route et j’étais forcément bien moins présent que Benoit .

Je me suis lié d’amitié avec le cousin de Gérard. Bien qu’ils ne se soient plus vu depuis 10ans, Ils ont passé leurs jeunes années ensemble et cet homme aussi moderne et fun que son cousin, accompagné de sa sœur, une dame très agréable elle aussi, vont m’apporter une aide précieuse pour recomposer les jeunes années de Gérard (5ème en partant de la gauche sur la photo).


Bien-sûr, je n’oublierai pas l’aspect technique qu’apprécie tout passionné automobile et je parlerai de son savoir-faire dans la pratique du polyester ainsi que de ses préparations moteur.


Lors de cette fameuse journée « Lendemain de vente », j’ai également récupéré la camionnette de La Gombe, un utilitaire qui me faisait rêver comme on peut le deviner avec le zoom de ma vidéo faite dix ans avant. 

Vidéo YouTube


Elle était dans le lot 304 avec l’Alpine A210. En trop mauvais état pour être vendue, elle avait malgré cela un intérêt historique indéniable comme en témoigne cette photo lors de l’achat de l’alpine à la concession Toyota (je donnerai les détails dans le livre).

Son nouveau propriétaire m’en a généreusement fait cadeau afin que je lui redonne vie.


Devant l’Hacienda, l’Alouette chargée sur mon camion et devant, Benoît Boulanger, le fidèle compagnon du « vieux » comme il l’appelait affectueusement.


Quelques photos que Gérard présentait régulièrement aux personnes qu’il recevait et que j’avais photographiées à la volée.



La fameuse Martini visible devant les Alpine. Je n’ai qu’une adresse postale mais je vais prendre contact avec la personne qui lui a donné cette auto, prêtée par Martin en personne.




Pour moi, la photo suivante est une très belle représentation symbolique de La Gombe: les potes, les animaux et les machines: La Liberté.

La suite bientôt!




Comments