Oswald Mennesson

Depuis que je suis tout petit, mon grand-père Jean-Oswald me racontait que son grand-père Oswald dessinait et faisait carrosser ses voitures sur mesure.


Avec mon imagination féconde de petit enfant, je me représentais un homme si grand qu’il ne rentrait pas dans des autos du commerce d’où la nécessité du sur-mesure. En fait, mon arrière-arrière-grand-père roulait en voiture de luxe de l’époque, Delage ou Delahaye, par exemple. Ces autos étaient réalisées sur mesure, comme dans le monde de la haute couture. On achetait un châssis motorisé chez un constructeur et on allait l’habiller chez un carrossier indépendant. Plus tard, ma famille m’apprit qu’Oswald était opticien mais que le diplôme n’existait pas à l’époque et qu’il se contentait de vendre des lunettes sur le marché. En revanche, son fils, mon arrière-grand-père, deviendra deuxième de la première promotion d’opticiens à la création du diplôme à Morez dans le Jura. Suite au succès de la version finale de mon auto et de son exposition médiatique, nous avons entrepris un travail généalogique avec des descendants de la famille Mennesson "Solex". J'ai appris qu'Oswald possédait plusieurs magasins d'optique et qu'il n'y avait pas de lien entre ma famille Mennesson et la famille Mennesson du Solex. J'ai aussi appris que mon arrière-grand-père n'était pas seulement un marchand sur les marchés, qu'il avait eu une soeur et que son père n'était pas montreur d'ours mais travaillait dans l'import-export (J'ai appris d'autres trucs, bien-sûr mais sans intérêt ici). Bref, les histoires de famille...


Il me reste cette photo : mon grand-père Jean Oswald et son grand-père Oswald dans une Delage D8.

En 2000, 15 jours avant mes 20 ans, mon grand-père décède. Je découvre alors dans ses affaires un livre contenant un feuillet avec un dessin de voiture que j'attribuerai naturellement à Oswald Mennesson.

Combien de temps ce document est-il resté coincé entre ces pages entre lesquelles le temps a laissé son impression filigranée?

Recto, une note professionnelle datée de 1902:

Verso, le fameux dessin aux côtes du nombre d'or. C'est ce dessin qui va influencer presque 20 ans de conception sur le custom.

On reconnait clairement le courant "Streamline" des années 1930. Le dessin est très avant-gardiste pour l'époque. Bien que je pense qu'il est antérieur car on y trouve du Figoni. Il y a aussi du "Phantom Corsair 1938" dans ce dessin.

Le livre est estampillé "Remontet", ce que je crois être, à ce moment, un membre de la famille du coté de ma grand-mère maternelle. Ce n'est donc pas logique puisque la passion automobile concerne la famille de mon grand-père maternel. Plus tard, en contact avec Sébastien Delprat, très efficace généalogiste, je mettrai tout ça au clair: François Remontet est le beau-père d'Oswald. Il est donc logique de trouver ce dessin dans un livre.

Voici une page de l'ouvrage pour le plaisir des yeux:

Grâce à Franck Méneret (je vous invite à découvrir sa page) et son travail d'archiviste, je découvre qu'Oswald a possédé au moins 3 magasins d'optique à Verdun, Reims et Clermont-Ferrand.

Plusieurs boutiques à travers toute la France. Cela semble plus raccord avec le budget qu'il faut pour carrosser ses autos sur mesure. Ou alors, j'ai des préjugés négatifs sur le rendement d'un étal de lunettes sur un marché.

De mon coté, j’ai trouvé et acquis du matériel à son nom. Oui, simplement trouvé sur Ebay.

Sébastien Delprat a effectué un travail formidable car mes informations de départ étaient maigres et se basaient sur des récits familiaux. De plus, cette habitude de rétention transgénérationnelle de l’information freinait les recherches. Ma maman ne connaissait même pas le nom de son arrière-grand-mère, la confondant avec la seconde femme d’Oswald. Très récemment, j'ai été contacté directement par Alain Pierson, le petit-fils de Marcel Mennesson qui était l'un des fondateurs de la marque Solex. J'avais créé "SOXLE" en hommage à Solex pensant à une filiation quelque part dans la famille. Alain Pierson ne connaissait pas l’existence de Sébastien Delprat (qui est un fils d'une de ses cousines) ni de Franck Méneret, le spécialiste Solex dont j'ai parlé plus haut. En revanche, il connait d'autres Mennesson. Aujourd'hui, Sébastien a montré que sur les états civils, il n'y a pas de lien entre nos deux familles avant 1746 et je pense simplement qu'il y a eu des erreurs de transmission orale dûes aux différents éponymes: Mennesson d'une part et les prénoms, d'autre part (il y a des Victor, en particulier, dans les deux familles et de même génération).

Une fois ces précisions faites, venons en au sujet qui vous intéresse sûrement plus: la création du custom streamline et la 203.


soxle.contact@gmail.com


Retour Accueil