Depuis que je suis tout petit, mon grand-père Jean-Oswald me racontait que son grand-père Oswald était le grand-frère caché de Marcel Mennesson, l’inventeur des produits de la marque Solex. Une naissance honteuse, hors mariage. Né à l’étranger, il aurait donc été adopté par un cousin éloigné afin de conserver le nom et le sang. Il me racontait également que son grand-père faisait carrosser ses voitures sur mesure.

Avec mon imagination féconde de petit enfant, je me représentais un homme si grand qu’il ne rentrait pas dans des autos du commerce d’où la nécessité du sur-mesure. En fait, mon arrière-arrière grand-père roulait en voiture de luxe de l’époque, Delage ou Delahaye, par exemple. Ces autos étaient réalisées sur mesure, comme dans le monde de la haute couture. On achetait un châssis motorisé chez un constructeur et on allait l’habiller chez un carrossier indépendant.  Plus tard, ma famille m’apprit qu’Oswald était opticien mais que le diplôme n’existait pas à l’époque et qu’il se contentait de vendre des lunettes sur les marchés. En revanche, son fils, mon arrière-grand-père, deviendra deuxième de la première promotion d’opticiens à la création du diplôme à Morez dans le Jura.


Il me reste cette photo : mon grand-père et son grand-père dans une Delage D8. Mon grand-père rapportait qu’il était très vindicatif et détestait les carburateurs Solex.

 

Mon grand intérêt pour la mécanique en général et la préparation automobile en particulier ont toujours fait dire à ma grand-mère que j’avais ce petit truc héréditaire des Mennesson.

Au décès de mon grand-père, j’ai découvert dans ses archives des croquis signés de mon arrière-arrière- grand-père, maigre information d’un rêve immense rapporté par ma grand-mère : créer une voiture moderne, fluide, dont le design respectait les proportions du nombre d’or afin de lui donner un style universel. Mon aïeul prévoyait de construire cette auto sur châssis Delahaye ou Hispano Suiza. Des voitures qu’il connaissait et qui symbolisaient l’excellence automobile de leur époque. Bizarre, cette référence à Hispano-Suiza, car des moteurs de la marque étaient montés avec des carburateurs Solex. Si le grand-père ne supportait pas cette marque qui lui rappelait sa destinée contrariée, ce goût pour Hispano-Suiza est étrange…

Après la publication de mon ouvrage sur une approche systémique de la préparation des moteurs de course, j’ai été contacté par Sébastien Delprat, l’arrière-petit-fils de Marcel Mennesson. Ce dernier est généalogiste. Il travaille énormément pour éclaircir les zones d’ombre. Quelque chose de récurrent dans ma famille est l’absence de communication entre les générations, cela ne facilite pas le travail de recherche. Sébastien a par exemple trouvé que Jean-Sadi, le fils d’Oswald, n’avait plus de communication avec ses parents au moment de son mariage. De ma propre mémoire, je peux affirmer que Jean-Sadi (que j’ai connu) n’avait plus de communication avec son fils, mon grand-père. Il a vendu tous ses biens au frère ainé avant son décès afin de déshériter mon grand-père par anticipation.

Les recherches de Sébastien ont permis de découvrir que mon arrière-arrière grand-père a d’abord été étudiant en pharmacie avant d’être opticien et plutôt loin des étals sur les marchés

Il a possédé au moins deux magasins:


De mon coté, j’ai trouvé et acquis du matériel à son nom. Est-ce un baromètre publicitaire ou produisait-il du matériel de mesure comme Marcel Mennesson avait mis au point le comparateur pneumatique?


Et avec l’aide de Franck Méneret, l’auteur de nombreux livres sur le Solex (je vous invite à découvrir sa page), nous découvrons un troisième magasin:


Nous vous tiendrons au courant de la suite. Cette habitude familiale de rétention de l’information freine les recherches. Ma maman ne connaissait même pas le nom de son arrière-grand-mère, la confondant avec la seconde femme d’Oswald. Très récemment, j'ai été contacté directement par le petit-fils de Marcel Mennesson, Alain Pierson. Il ne connaissait pas l'existance de Sébastien Delprat ni de Franck Méneret. En revanche, il connait d'autres Mennesson. Cette enquête promet d'être passionnante car, chez les Mennesson, nous sommes des gens curieux, passionnés et motivés. Tout dernièrement, j'ai reçu un appel téléphonique de Corinne, cousine d'Alain, qui m'a dit que son cousin, plus proche confident de Marcel avait le souvenir que ce dernier lui avait parlé d'un frère secret. Cela va contre l'Etat Civil mais cela va dans le sens des dires de mon grand-père.


Au salon Epoqu'Auto 2017, j'ai rencontré des personnes qui vont me permettre d'avancer dans mon enquête sur les traces d'Oswald.

Jean-Paul Tissot, président du club Delahaye et expert Figoni a bien repéré les influences de mon arrière-arrière-grand-père. On ne va pas pouvoir remonter par cette piste à mon aïeul car les informations sont classés par numéro de châssis dans les archives Figoni. En revanche, au club Delage, je suis entré en contact avec une personne qui, elle, se souvient d'une transaction récente d'une Delage Mennesson et je dois la recontacter prochainement pour récupérer tout le dossier. La voiture est partie en Suisse.

Très prochainement, je vais organiser une rencontre parisienne de tout le monde afin de faire avancer le schmilblick. Je monterai certainement en Oswald si les finances le permettent (blablacar?)

En hommage à mon arrière-arrière-grand-père, je me suis inspiré des documents familiaux et j’ai entrepris de concevoir une évocation du rêve de celui-ci. Ainsi est née la Soxle Oswald : exercice d’art cinétique respectant le nombre d’or et inspiré des courants art-déco et streamline des années 30. 



photo de Ludovic

photo de Maxime

 
photo de Phil

Illustre inconnu de "Forum Auto" mais pour saisir l'auto sur l'autoroute, bravo!


 photo de Claude

 photo de Marion